Un choix gastronomique fondamental : raclette ou fondue ?

“That is the question” !

Vous pensez qu’on plaisante, mais pas du tout. Ce sujet est de plus haute importance dans tous les cantons suisses. Nous vous en confions immédiatement le secret : tout est une question de fromage.

La raclette et c’est la fête

Commençons par la raclette. Ce plat est l’un des préférés des soirées d’hiver, signe de convivialité et de moments à partager entre amis.

Pour la petite histoire (et cela ne sera pas l’unique de cet article), la raclette suscite un conflit de légitimité avec la France. Mais, nous l’affirmons haut et fort depuis nos montagnes : la raclette a été inventée par des bergers suisses du canton du Valais au 19ème siècle. Elle s’appelait d’ailleurs à l’époque « fromage rôti » car on faisait chauffer le fromage dans la cheminée. Alors, pas de guerre autour de la raclette que cela soit en Suisse ou en France, on se régale et on la décline avec différents fromages : le plus célèbre étant le fromage à raclette du canton du Valais à base de lait cru de vache, à pâte pressée non cuite SVP. Mais la raclette nationale se déguste aussi au poivre ou au Morbier et au Saint-Nectaire, tout est une question de goût. À chacun son fromage !

Le charme de la raclette, c’est sa générosité, alors, pas de chichi, on l’accompagne de charcuterie et surtout de la délicieuse viande séchée des Grisons ou du Valais - autres grand sujets dans les alpages, on ne s’ennuie jamais -. Le fromage est « raclé » sur de bonnes pommes de terre chaudes et pour relever le tout, des petits cornichons mignons et des oignons grelots avec un verre d’Aigle des Murailles - consommé avec modération comme il se doit. comme il se doit.

Vous avez un sacré faible et coup de fourchette pour la raclette, si…

  1. Hop, une raclette et que la fête commence.
  2. Oignons, grisons et cornichons, sans fromage c’est moins bon
  3. Raquette la journée, raclette en soirée, la belle vie

La fondue et fondre de plaisir

Chaque maison et chalet suisse qui se respecte possède : un coucou et un caquelon (ne pas confondre avec caneton).

Parlons peu, mais parlons bien. Les Suisses sont des experts en la matière et nous pouvons affirmer avec fierté que la fondue est son plat national. Mais ce n’est pas si simple, cette recette est un art culinaire qui connaît des distinctions gustatives selon les régions. Ne tournons pas autour du caquelon (à part pour l’ail indispensable qui vient parfumer la recette), c’est le fromage lui-même qui fait la différence, ainsi que son affinage bien sûr, pour atteindre l’excellence.

La plus répandue est la Moitié Moitié, 50% Gruyère suisse, 50% Vacherin fribourgeois. La fondue Fribourgeoise, elle, c’est du100% Vacherin. La Neuchâteloise 50% Gruyère, 50% Emmentaller (AOP suisse), vous voyez... c’est subtil. Et puis en Suisse centrale, on fait la fondue avec 1/3 Emmentaller, 1/3 Gruyère suisse, 1/3 Sbrinz (l’ancêtre du parmesan, on précise pour les novices). Et pour finir, la fondue du Valais 1/3 Raclette d’alpage du Valais, 1/3 Gruyère suisse, 1/3 Vacherin. Pas de monotonie avec la fondue suisse, vous en avez une pour chaque jour de la semaine.

Les puristes l’aiment nature, mais se laissent bien souvent tenter par les saveurs parfumées des cèpes et des morilles. Le savoir-faire réside dans le dosage parfait de vin blanc, sans oublier un petit verre de kirsch. Surveillez de près, ce serait un sacrilège de faire brûler la fondue. Et pour finir en beauté, on patiente pour “la religieuse”, eh oui cela peut surprendre, on casse un oeuf sur les derniers reliefs de fromage, et on se bat (courtoisement, nous sommes en Suisse) pour la déguster. Ne nous demandez pas d’où vient l’expression, on veut préserver ce mystère plein de charme.

On oubliait presque de vous dire, pour le gage de celui qui perd son morceau de pain dans la fondue, eh bien, il est bon pour laver le caquelon.

Pour vous, rien ne vaut une fondue, si …

  1. On vous autorise à enfreindre le protocole avec une assiette de viande séchée des grisons
  2. Vous cherchez une bonne excuse pour ne pas boire d’eau, du tout
  3. Vous êtes le roi incontestable de la Fondue, les gages, vous ne connaissez pas