Insoupçonnables, cachées au bout de superbes allées d’arbres centenaires, à l’abri des regards, les magnifiques propriétés genevoises se font discrètes (pas par la taille) dans les petits villages du bord du Léman, plus exactement à Collonge-Bellerive, Corsier et Anières.

Pour les découvrir, la meilleure solution est de prendre le large et de voguer sur les flots bleus du lac ou de faire appel à votre consultant BARNES, qui vous ouvrira les portes de ces belles demeures disponibles à la vente. Ce n’est pas un secret, ces biens d’exception sont rares et très convoités. Avoir l’un des meilleurs conseils du canton est primordial si vous souhaitez décrocher le Graal, la maison avec vue panoramique sur le lac et les montagnes au loin ou encore plus fantastique la villa au bord de l’eau pour pouvoir accoster votre bateau, canoë ou paddle (et autres jouets nautiques).

Collonge-Bellerive

Une petite précision s’impose, cette jolie commune regroupe Collonge-Bellerive, Vésenaz ( faites un petit click sur notre article « Sur la route du bord du lac à Genève »), La Capite, la Pallanterie et Saint-Maurice. Cela offre un panel un peu plus large, si on peut dire la commune s’étend sur 6,12 km2.

Mais une chose est sûre, à Collonge-Bellerive, vous allez être sujet à l’émerveillement, nous connaissons chez BARNES parfaitement la palette des onomatopées - Waouh, Whouaah, ho et oh oh- à la vue de ces maisons de tous styles architecturaux. On vous l’accorde, elles sont toutes plus belles les unes que les autres : des maisons normandes, des villas arcachonnaises, des villas Key West aux couleurs pastels de Floride, des maisons au design moderne dignes des films hollywoodiens, des bastides provençales, des chalets savoyards (le plus célèbre étant la villa-chalet du prince E.

La discrétion nous oblige à garder le silence. Certains princes et princesses vivent sur les rives de Collonge-Bellerive, ils vont même jusqu’à cacher leur maison (pardon, château) des regards par une astucieuse végétation. On dit : « bravo » aux talentueux jardiniers.

Cette petite commune du canton de Genève est ultra chic, très familiale, le centre de Collonge -Bellerive est un ravissant petit village de campagne avec juste quelques commerçants, son marché du vendredi, une mairie fleurie et quelques très bonnes adresses gastronomiques comme le Collonge Café qui propose dans un cadre très moderne une cuisine méditerranéenne aux saveurs des produits de la région. Une jolie terrasse et une équipe jeune autour du duo de chefs Angelo Citiulo et Emanuele Cappellini. Et pour le grand confort des habitants, pas besoin de se rendre en ville, Vésenaz offre tout ce qu’il est possible de désirer (commerçants, épicerie de luxe, coiffeur, salon d’esthétique, centre médical, vétérinaire, poste…)

Collonge-Bellerive véhicule une image de très haut standing tout comme sa voisine Cologny. C’est une des adresses les plus recherchées d’une clientèle hyper élitiste de Genève. Il faut dire que Collonge-Bellerive offre tous les avantages d’une vie à la campagne, au bord de l’eau et à juste 10 min du centre de Genève.

Une propriété à Collonge-Bellerive s’impose, si…

  1. Les bonnes adresses n’ont aucun secret pour vous
  2. Vous envisagez de vous rendre au bureau en bateau, simplement pour le plaisir
  3. Vivre à la campagne, oui, mais en grandes pompes

Corsier et Anières

À l’origine Corsier et Anières formaient une seule et même commune, mais pour des raisons religieuses en 1858, elles se séparèrent. La toute petite commune de Corsier (2,74 km2) se divise en 2 : Corsier-Village et Corsier-Port. Mondialement connu pour son site palafittique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, ces habitations lacustres préhistoriques sur pilotis sont la fierté des 2000 + 30 habitants du village.

Côté port, il fait bon se promener sur les rives du lac, accoster son bateau pour aller déguster les fameux filets de perches sur la terrasse du Petit Lac. Les vues des villas et des promenades sont magnifiques, un panorama géant sur le lac, le Jura, Voirons et les Alpes.

Corsier-Village, c’est une ambiance plus campagne, un petit village au milieu des champs avec des maisons anciennes. C’est le charme des pâturages et des vignes à perte de vue. Et la joie de profiter des récoltes des légumes sur les étals du marché les vendredis matins.

La famille est à l’honneur, petit village mais très bonnes écoles, l’école primaire de Corsier avec ses 2 cycles et l’école de Montessori font la joie des petits et des parents. Et pour les très bons élèves du dernier cycle, le très réputé Collège Saint-Louis.

Bons voisins dorénavant, les anièrois sont les résidents limitrophes des corsiérois.

Les maisons et les habitations se trouvent principalement sur la rive et sur les pentes exposées à l’ouest le long du lac, panorama sublime oblige. Le reste des terres est aussi occupé par les cultures. Anières est célèbre pour sa plage, spot connu des baigneurs et des pique-niqueurs (en saison chaude évidemment). Très proche du ravissant village touristique d’Hermance et de la frontière française, Anières avec ses 3,8 km2 est (incroyablement) la plus riche commune de Suisse grâce à un écot fiscal de 120 millions de francs d’un des richissimes contribuables de la commune (on vous laisse imaginer la maison de ce dernier). Par conséquent, de nombreux projets sont à l’étude pour améliorer encore plus la qualité de vie des résidents. Le maire va devoir se creuser les méninges car la vie est déjà très très douce à Anières. Les familles de Genève et des alentours adorent se retrouver dans ses petits restaurants de campagne au milieu des vignobles. Notre chouchou, Le Cottage, la carte est excellente et l’accueil de Nick Séchaud (en cuisine, pardon, on n’a pas pu résister) si chaleureux que cela deviendra votre cantine.

Votre maison sera à Corsier ou à Anières, si…

  1. Vous avez toujours voulu vivre dans un mini village aux portes d’une grande ville internationale
  2. S’enthousiasmer pour la fête de la courge de Corsier, c’est un must Genevois comme les vacances de patates
  3. Louis à Saint-Louis, c’était prédestiné, vous ne trouvez pas ?

Credit Photo: Alain Rouiller